RENFORCER LA COHÉSION SOCIALE ENTRE LES GÉNÉRATIONS

  • Soutenir le développement d’actions de prévention et de médiation pour renforcer une sécurité de proximité. Evaluer régulièrement les tâches confiées aux travailleurs sociaux hors murs (TSHM) pour les faire évoluer en fonction des besoins. Agir avec des partenaires qualifiés sur les questions de violences domestiques, de maltraitances ou d’exploitation. Renforcer les liens à ce sujet avec la Maison genevoise de la médiation et avec d’aitres associations actives dans la prévention des violences.

La section socialiste a réclamé un diagnostic de quartier qui permettra de faire le point sur les problèmes de coexistence et d’insécurité sur la commune. Le but est de pouvoir imaginer des projets de médiation adaptés aux réalités communales de manière à répondre au mieux aux problèmes de voisinage, de partage des espaces et d’incivilités. Une des propositions de la section est d’exiger auprès de la Fondation genevoise pour l’animation socioculturelle (FASe) que les Travailleurs sociaux Hors-Murs s’occupent de médiation et de renforcer les liens sociaux auprès de l’ensemble des habitants et pas seulement de la population adolescente. Pour les socialistes de Plan-les-Ouates, il est en effet primordial de renforcer et soutenir le dialogue entre habitants et d’inclure les association, commerces et autorités locales pour créer des dynamiques de quartier confortables et sécurisantes.

  • Apporter un réel soutien à l’engagement citoyen et à la vie associative. En collaborant avec les habitant-e-s des quartiers et leurs associations, soutenir leurs projets grâce à l’établissement de contrats de quartiers intergénérationnels (en particulier au Vélodrome, puis à La Chapelle et aux Cherpines)

Quelques exemples de contrats de quartiers dans d’autres communes: La Tambourine (Carouge) /Aïre-Le Lignon (Vernier) / Ville de Genève / Onex

  • Veiller à l’accueil et à l’intégration des nouveaux habitants. Développer les appuis leur permettant d’avoir accès aux informations et aux formations. Développer des projets en collaboration avec les associations et le Bureau d’intégrati0n des étrangers.

  • Poursuivre les initiatives et les offres dans les domaines culturel et sportif en cherchant à répondre aux intérêts et au besoins du plus grand nombre à des conditions abordables. A ce sujet le PS de PLO soutient en priorité la construction d’une piscine publique dans le nouveau quartier des Cherpines.

Durant cette législature, la section a soutenu tous les projets associatifs de qualité, quels que soient les domaines d’action. Les propositions et engagements citoyens sont les garants d’une commune saine, cohérente et adaptée à chacun. L’action associative est le ciment sans lesquelles les institutions étatiques oublieraient ou écraseraient tout ce qui est trop petit ou trop particulier pour entrer dans leur champ de vision et de compétence. Les collectivités publiques ont donc besoin de s’appuyer sur les associations qui ont elles-mêmes besoin de soutiens financiers et structurels et d’être considérées comme partenaires du bien-être commun. C’est donc sans hiérarchiser les besoins que la section a soutenu de manière indifférenciée les actions sociales, culturelles ou sportives. Elle met toutefois l’accent, dans le domaine du sport, sur les activités de loisirs accessibles à tous, les activités de sport-santé et sur les cours donnés aux plus jeunes.

  • S’engager pour la solidarité locale, régionale et internationale. Avec le soutien du groupe socialiste, la commune mène depuis plusieurs années une politique active dans ce domaine. Nous souhaitons qu’elle la poursuivre en partenariat avec diverses associations dont la Fédération genevoise de coopération.

Durant cette dernière législature, la section socialiste a proposé et obtenu que le montant de subventions accordées aux associations actives auprès des personnes vulnérables à Genève soit doublé. C’est un étape importante dans la reconnaissance d’une réalité tragique, quand on sait que près de 600 personnes dorment chaque jour dans la rue à Genève. Pour le moment, seule la Ville de Genève et des associations ont mis en place des structures d’accueil adaptées – bien qu’insuffisantes à répondre aux besoins – sans aucun appui de la part du Canton. Cette situation inacceptable est également contraire aux principes élémentaires des Droits de l’Homme, de la Constitution fédérale et de la Constitution cantonale et c’est pourquoi la section entend militer pour la création sur le territoire communal de structures d’hébergement et/ou de logements à destination des personnes en situation précaire.

La section s’est également impliquée pour le soutien direct à diverses associations locales et internationales actives pour le développement des besoins sociaux en termes de besoins vitaux, d’éducation, d’accès à l’eau et à la santé, etc. Elle a soutenu le montant accordé à la Solidarité Internationale qui fait de Plan-les-Ouates un exemple de bonne pratique vis-à-vis du Canton et de la plupart des autres communes, dans le respect de la loi votée par le peuple. Elle continuera à insister sur la solidarité et le soutien aux personnes actives dans la lutte pour la réduction des inégalités, ainsi que pour le maintien et le renforcement de la Fédération Genevoise de Coopération (FGC).